avril 27, 2018 4 min. de lecture

L'un des traits les plus frappants de l'époque des viking était le vaste réseau commercial entretenu par les Scandinaves, qui s'étendait du Groenland (à l’ouest) jusqu'à Bagdad et l'Asie centrale (à l'est), et englobait pratiquement tous les peuples qui vivaient entre ces deux frontières.


À l'époque des Vikings, comme à tous les âges qui l'ont précédé, l'économie scandinave était avant tout une économie de subsistance. Presque tout le monde vivait dans des fermes rurales. Chaque famille produisait ce dont ses membres avaient besoin pour subvenir à leurs besoins, et une personne de la classe social moyenne possédait peu d'articles de luxe. Cependant, même avant l'ère viking, il existait aussi un commerce domestique limité, principalement sous la forme de marchés ruraux saisonniers.

 

Drakkary - Bateau Viking -
Drakkar Viking restauré.

 

Vers le début de l'ère viking au VIIIe siècle, les premiers centres urbains scandinaves commencèrent à apparaître autour de la mer Baltique et de la mer du Nord. Bien que seulement environ 1 à 2% de la population vivait dans ces « villes commerciales », comme on les appelle souvent aujourd'hui, leur effet sur l'économie scandinave était bien plus important que ce que l'on pourrait penser. C'est parce que les villes commerciales, comme le terme l'indique, ont amené la Scandinavie dans le plus vaste réseau commercial eurasien qui existait à cette période.


La plupart des fermes scandinaves produisaient les produits d'artisanat dont leurs membres avaient besoin - vêtements, outils, etc. Mais avec l'essor des villes commerciales, beaucoup plus de gens ont pu se spécialiser dans ces métiers: Forgerons, bijoutiers, perliers, les travailleurs de bois et d'autres artisans affluaient vers les villes commerciales pour produire leurs marchandises, qui étaient destinées à l'exportation vers les marchés étrangers et non seulement à la subsistance des locaux ou au commerce limité qui existait dans le pays.

Les fouilles archéologiques à Hedeby, l'une des plus importantes villes commerciales scandinaves, indiquent la portée et le contenu du commerce des Vikings:


Les archéologues ont trouvé beaucoup de preuves d’un commerce à distance d'une variété remarquable de marchandises: petites bouteilles de céramique et de mercure, ambre, barres de fer, de plomb, d’argent, de laiton, bijoux étrangers de cornaline et de cristal, verre, poterie étrangère, soie, un ensemble de dirhams arabes contrefaits et des tonneaux de vin de Rhénanie, qui ont été réutilisés dans la construction de puits. Parmi les produits nordiques trouvés à Hedeby figurent des os de morse, des bois de renne, de la stéatite Norvégienne et des pierres à aiguiser. Nous savons par d'autres preuves que de la fourrure et la plupart des textiles étaient également commercialisés à Hedeby, mais ils n'ont pas laissé beaucoup de trace dans les archives archéologiques puisque la plupart des matières organiques périssent après plus d’un millénaire. Une serrure de fer et un ensemble de chaînes d'esclaves, trouvés dans le port de la ville, nous rappelle le commerce des esclaves de Hedeby.

Les fourrures scandinaves étaient particulièrement prisés à l'étranger, car le climat froid donnait aux mammifères locaux des fourrures épaisses et luxuriantes.


Ces fourrures étaient l'un des deux plus grands piliers du commerce Viking. L'autre étant les esclaves. Toute l'Eurasie a participé à la traite des esclaves durant cette période, et les Vikings n'ont pas fait exception. Le principal acheteur d'esclaves vendus par les Vikings était le califat arabe, les transactions survenaient principalement en Europe de l'Est et dans des ports méditerranéens tels que Venise et Marseille.


Les esclaves vendus par les Vikings étaient généralement des hommes et des femmes capturés lors de raids. Ils s'attaquaient souvent entre eux et il semblerait qu’ils faisaient peu ou pas de distinction quant à l’origine des esclaves: Scandinaves ou non-Scandinaves, païens ou chrétiens, etc. - la valeur marchande était tout ce dont ils se souciaient. Les villes commerçantes étaient fréquemment soumises aux raids vikings et nous pouvons imaginer, étant donné toutes les marchandises précieuses y étant produites et échangées, qu’elles étaient des cibles particulièrement attrayantes.


Les objectifs des Vikings à s’engager dans le commerce international de l'époque étaient principalement liés à l'appétit de leurs souverains pour les produits de luxe étrangers. De tels objets importés étaient un impressionnant symbole de statut, et il n’est donc pas surprenant que les fondateurs et la classe dirigeante des centre de commerce étaient souvent des chefs de clan vikings.


Puisque les chefs les plus riches pouvaient se permettre d'être les plus généreux envers les guerriers qui se battaient pour eux, la puissance martiale d'un chef était souvent proportionnelle à sa fortune. Et en conséquence plus son armée était grande, plus un chef de clan avait du succès lors de raids, ce qui accroissait ainsi davantage sa richesse et le nombre de combattants sous son commandement.


Cependant, les simples fermiers Viking possédaient parfois de quoi peser l'argent, ce qui suggère qu’eux aussi avaient l’opportunité d’acheter des choses du monde extérieur pour leur ferme. Cela montre que même si le commerce servait principalement à fournir aux chefs des produits de luxe, ce n'en était pas le seul but. Les habitants des zones rurales qui entouraient les villes commerciales échangeaient souvent tout ce qu'ils avaient en excès, en général de la nourriture, contre des produits qui transitaient par ces villes.


Le commerce de matières premières a toujours été présent mais est devenu un élément beaucoup plus important et a peu à peu remplacé le commerce de luxe et les grandes villes centrées autour du commerce du luxe ont disparu, ne laissant que des ruines.


Qu'est-il arrivé pour provoquer ces changements énormes?

La réponse réside dans la transition d’un modèle politique à l'autre. Le modèle précédent de chefs qui gouvernaient un petit groupe de personnes à été remplacé par un ensemble de monarchies qui s’étandaient sur des territoires bien plus vaste. En permettant à quelques chefs de devenir si riches qu'ils avaient le pouvoir de devenir des rois, ces villes commerçantes ont facilité leur propre disparition. Les villes commerciales ont cédé la place à de plus grandes zones urbaines, qui sont devenues les centres administratifs pour de ces nouvelles monarchies.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.